Découvrez le Champ du Dragon

Qui sommes-nous ?

Faire connaissance

Nous sommes deux jeunes maraîchères, Rachel & Laëtitia, installées depuis janvier 2021 sur les terres attenantes au Château de Brélidy, avec notre chien Pluton et notre cheval de trait Viking. Le Champ du Dragon est installé en plein coeur du Trégor, au Château de Brélidy, à 15 km de Guingamp & Tréguier ainsi qu’à 25 km de Lannion & Paimpol.

Laëtitia
Laëtitia, quant à elle, a réalisé un master Sciences pour l’Ingénieur et Environnement à l’université de Cergy-Pontoise. Par la suite, elle a travaillé plusieurs années en tant qu’ingénieur et chargée d’affaires dans le domaine du bâtiment environnemental et énergétique, au sein de différentes structures (bureaux d’études, foncière, etc). Ressentant une perte de sens dans son métier et aspirant à une activité de vie plus proche de ses valeurs, Laëtitia mûrit un projet de ferme en permaculture durant plusieurs années et part en Bretagne avec sa belle-famille et son amie Rachel pour réaliser son rêve !

Rachel
Rachel a réalisé des études d’ingénieur paysagiste au sein d’Agrocampus-Ouest. Dès la fin de ses études, sa vocation est déjà née: elle a décidé de devenir maraîchère ! Pendant plusieurs année, elle a travaillé en tant qu’ouvrière agricole au sein de différentes structures maraîchères. Elle a ensuite décidé de voler de ses propres ailes et a créé Le Champ du Dragon avec son amie Laëtitia !

Notre ferme

La philosophie de notre ferme est de produire localement des légumes de haute qualité, nutritive et gustative, de pratiquer une agriculture respectueuse des saisons, de la biodiversité et du sol, le plus autonomement possible. Nous prévoyons de cultiver sur 4 hectares au moins une quarantaine d’espèces de légumes et au moins 70 variétés, une partie en plein champ et une partie sous serre non chauffée. Nous proposerons également des herbes aromatiques ainsi que des plants de légumes et de condimentaires vivaces. La totalité de notre production est labellisée Agriculture Biologique avec une partie de semences anciennes, paysannes et locales.

Nous avons de multiples passions, que nous mettons en place sur notre ferme et qui sont au coeur de nos valeurs éthiques ! 🙂

La traction animale & les animaux

L’apiculture

La permaculture &
l’agroforesterie

L’écopâturage

La traction animale

La force animale de notre ferme, c’est notre cheval de trait breton Viking. Et dans un second temps, notre petite pouliche demi-trait breton, Kaoura … Ils sont présents aux alentours de la ferme et du château, en rotation sur plusieurs pâturages, et entretiennent le domaine du Château de Brélidy.

Notre objectif est d’atteindre, au fil des années, une autonomie la plus totale possible vis-à-vis du tracteur, des outils agricoles standards et bien entendu, du tout-pétrole. Nous souhaitons également nous réapproprier des savoir-faire anciens et gagner en autonomie de compétences.

La traction animale possède de nombreux avantages :
➢ Absence de pollution,
➢ Autonomie énergétique,
➢ Faible tassement du sol,
➢ Production de fumier (engrais),
➢ Plus grande maniabilité dans des endroits exigus,
➢ Travail avec le vivant (joie, épanouissement).

Viking et son harnais de travail agricole

Viking travaillera le sol sans retournement, conformément aux principales de la permaculture, entretiendra les cultures (binage, buttage, désherbage, etc). Dans un second temps, avec les deux chevaux, nous envisageons également la récolte de pommes de terre ainsi que du débardage forestier.

Pour cela, nous allions un harnais agricole simplifié avec un porte-outil polyvalent et innovant créé par l’association Prommata, la Kassine. Plusieurs outils peuvent y être accrochés: canadien, vibroculteur, herse étrille, disques billonneurs, buttoir sillonneur, etc.

L’apiculture 

Une de nos passions, c’est l’apiculture

Nous voilà parties à l’aventure avec une dizaine de ruches ! Nous avons plusieurs petits ruchers implantés au coeur du domaine du Château de Brélidy, côtoyant notre jardin en permaculture, notre verger médiéval ainsi que la forêt, les zones humides et les deux rivières entourant le domaine. Quoi de mieux pour nos petites butineuses ?

Le premier rucher de la ferme !

L’apiculture est une aventure extraordinaire …

➢ Celle d’avoir la chance de pouvoir observer un essaim d’abeilles au fil des saisons, et de travailler avec lui.
➢ Celle de récolter son miel, deux fois par an chez nous, celui de printemps et celui de l’été.
➢ Celle de l’entraide entre apiculteurs, que l’on ait une question ou un que l’on rencontre un problème sur son rucher.
➢ Celle de la transmission entre plus jeunes et plus vieux apiculteurs.

Visite à plusieurs, partage d’un moment de convivialité

Abeille noire sur une vipérine de la ferme

L’abeille noire « apis mellifera mellifera »

Nous travaillons principalement avec l’abeille noire, apis mellifera mellifera. L’abeille noire est délaissée par le monde apicole car elle produit moins de miel que l’abeille jaune ou apis mellifica linguista. Plusieurs conservatoires de sauvegarde ont été créés en France afin de sauver l’abeille noire.

Bien qu’elle produise moins de miel que l’abeille jaune, elle a de nombreux avantages :
➢ Morphologie très rustique adaptée à nos hivers et aux intempéries,
➢ Faible consommatrice de nourriture en hiver,
➢ Bonne tenue de vol même en hiver,
➢ Faible tendance à l’essaimage,
➢ Adaptation de la ponte de la reine aux ressources,
➢ Défensive contre les envahisseurs,
➢ Bonne production de pollen et de propolis.

Ah, ça, c’est sûr, c’est une abeille avec du caractère, mais cela nous convient bien … 😉
On dit toujours que c’est à l’apiculteur de s’adapter à ses abeilles et non pas l’inverse !

La permaculture & l’agroforesterie

Notre objectif est d’appliquer le plus possible les principes de la permaculture sur notre ferme. La permaculture est une science systémique, une philosophie et un mode de vie :  “Agir avec la nature et non contre elle !”.
C’est une méthode systémique et globale visant à concevoir des systèmes humains durables en s’inspirant de l’écologie naturelle (biomimétisme ou écomimétisme). Ce n’est pas une méthode figée mais un mode d’action prenant en considération la biodiversité de chaque écosystème.

Définition :

C’est un modèle d’agriculture naturelle biomimétique ambitionnant une production agricole durable, très économe en énergie et respectueuse des êtres vivants et de leurs relations réciproques, tout en laissant à la nature “sauvage” le plus de place possible. C’est donc une méthode de conception et de gestion de systèmes agricoles productifs s’inspirant du fonctionnement des écosystèmes naturels et en possédant les caractéristiques de diversité, de stabilité et de résilience. La permaculture est basée sur l’observation de la nature, les savoirs traditionnels des anciens et les découvertes scientifiques récentes.

“La permaculture est la conception consciente de paysages mimant les modèles et les relations observés dans la nature et visant à obtenir une production abondante de nourriture, de fibres textiles et d’énergie pour satisfaire les besoins locaux.”

Giroflée ravenelle, mellifère plantée sur la ferme

Les trois grands principes de l’éthique de la permaculture sont…

➢ Prendre soin de la nature (les sols, les forêts, l’eau et l’air)
➢ Prendre soin de l’humain (soi-même, la communauté et les générations futures)
➢ Créer l’abondance et redistribuer les surplus – le partage équitable

Sur la ferme, nous mettons en place différents principes permaculturels…

➢ Nous ne mettons aucune produit chimique de synthèse ni d’engrais chimique.
➢ Nous ne labourons pas, nous réalisons un travail du sol en superficie.
➢ Nous couvrons de manières permanente nos cultures, que cela soit par paillage géotextile, engrais verts ou prairies temporaires.
➢ Nous recyclons également le plus possible les matières organiques, que cela soit via la gestion des déchets verts, la réalisation de compost et de BRF via un broyeur.

Engrais vert : Phacélie & seigle ouvrant un ancien jardin maraîcher

Au sein de notre planification culturale, nous effectuons systématiquement des rotations légumières et dès que c’est possible, des associations de cultures.

Trio maïs, haricot & plantes mellifères

Cercle de plantes aromatiques et médicinales paillées au BRF

Amoureux des animaux, nous en avons de nombreux : ils sont très présents au sein de la ferme et ont un rôle à jouer au sein de celle-ci.

Nos copines les poules (ici, races Braham & Braekel)

Nous avons une basse-cour (poules de races anciennes, oies, canards coureurs indiens) qui nous offrent leur compagnie, leurs oeufs et mangent nos déchets de cuisine.

Nos oies et leur copains les canards coureurs indiens !

Les oies sont également de très bonnes gardiennes, on est averties dès que quelqu’un rentre sur la ferme … 😉

Notre couple de chèvres, Belzébuth & Heidrung

Nous avons également un couple de chèvres des Fossés, race breto-normande à sauvegarder. C’est une race rustique, spécialisée dans le débroussaillage. Nos chèvres entretiennent la motte féodale, située derrière la ferme.

Bien entendu, nous avons nos fidèles compagnons … Pluton, notre berger blanc suisse, le gardien de la ferme et du château, ainsi que nos chasseurs de mulots préférés, nos petits chats !

Pluton arpente la forêt du château

Les mulots n’ont qu’à bien se tenir !

Jardin-forêt

Nous avons aussi un projet d’agroforesterie à long terme avec la conception et l’implantation de haies fruitières de type jardin-forêt comestible au sein des jardins maraîchers. Pour cela, nous avons déjà greffé nous-mêmes des arbres fruitiers de variété ancienne et locale.

Plantation d’un verger médiéval avec des variétés antérieures au 15ème siècle :

Pour finir, nous semons et faisons pousser nous-mêmes nos plants dont une partie en semences anciennes, paysannes et locales.

L’écopâturage

Dans la liste de nos nombreuses sources d’intérêts, figure l’élevage ovin. En effet, un troupeau de moutons Ouessant est en cours de mise en place. Les bibous seront élevés pour leur laine et leur agréable compétence à tenir une prairie à hauteur humaine (c’est-à-dire où l’on peut marcher sans se noyer).

L’écopâturage nous permettra de réaliser des rotations pâturages & champs maraîchers ainsi que de réaliser l’entretien de toutes les surfaces enherbées de la ferme. L’utilisation de machines agricoles de type broyeurs, tondeuses, sera ainsi réduite au minimum.

Lorsque le troupeau aura atteint sa taille maximum, les agneaux seront vendus en tant qu’animaux de compagnie.

La laine : source de joie et de douceur

La laine étant une source de joie et de douceur, sa récupération fera l’objet d’un travail sur sa transformation en de multiples formes de ressource utile: pelote, fil de décoration, écheveaux, laine cardée… Et le tout à l’ancienne ! La démarche low-tech se retrouve ici dans le rassemblement du savoir de nos aîné.e.s…